Le fiasco d'un anniversaire surprise...

Publié le par Aël

Le fiasco d'un anniversaire surprise...

Alex et ma collègue Nadège avec qui je sors tous les soirs et tous les week-ends ont eu une drôle d’idée pour fêter mon anniversaire en mai. Alex a eu des contacts avec Miléna sans que j’en sache quoi que ce soit et ils ont organisé un week-end tous les trois. Nadège m’a demandé de passer chez elle un soir après le travail, car elle avait quelque chose à m’annoncer. Alex était présent aussi et je me demandais bien ce qu’ils avaient à me dire. Je n’ai pas trainé ce soir-là, aussitôt terminé le service, je suis allée chez Nadège qui habitait à deux pas du restaurant.

— Alors qu’est-ce qui se passe ? demandai-je en arrivant.

— Hé bien voilà, commença Nadège, Alex a eu Miléna au téléphone et elle aimerait qu’on aille tous les trois à Amiens pour fêter ton anniversaire dans 15 jours. Elle nous invite deux jours chez elle…

— Quoi ?! criai-je sans la laisser finir sa phrase, mais ça ne va pas vous deux ? On ne s’est pas revu depuis que je l’ai quittée et je sais très bien ce qu’elle a derrière la tête, il est hors de question que je dorme chez elle !

— Tu n’étais pas obligée de répondre tout de suite, me dit Alex, tu aurais pu prendre le temps de réfléchir. Elle n’a pas d’idée derrière la tête, les choses sont claires maintenant pour elle, elle veut juste qu’on se voie tous ensemble et qu’on garde contact, c’est tout…

— Non Alex ! Je n’y crois pas du tout ! Si vous voulez y aller, on fait l’aller-retour dans la journée, je ne dormirai pas chez elle, je ne peux plus Alex, vas tu le comprendre un jour ? Merde !

— Ce n’est pas la peine de t’énerver comme ça ! Tu t’imagines que tu vas aller loin avec Léa ? rétorqua-t-il.

— S’il te plaît, tu laisses Léa en dehors de tout ça d’accord ? Elle a autre chose à faire en ce moment et cela ne vous regarde pas. C’est difficile pour elle, mais ça, vous ne pouvez pas le comprendre non plus ! Son mari est en train de mourir !

— Et pour toi ? Ce n’est pas difficile ? continua Nadège, tu te voiles la face Mary, tu essayes de l’oublier en sortant tous les soirs, en passant tes week-ends en boite, tu n’es jamais chez toi, tu crois que tu vas avancer comme ça ?

— Mais vous m’emmerdez à la fin ! Vous cherchez quoi au juste ? Jamais je ne retournerai avec Miléna, même si ma relation avec Léa est vouée à l’échec. Entre Miléna et moi, ce n’est plus possible et pour des raisons que vous ignorez parce qu’elles ne regardent que moi et n’ont rien à voir avec Léa. Alors, arrêtez de vous faire des films. Si c’était le but de notre sortie à Amiens, vous pouvez annuler ! Miléna sera forcément déçue, je sais qu’elle espère que je revienne avec elle, les sentiments ne se commandent pas, je ne suis pas amoureuse.

— C’est ce que tu dis, répondit Nadège, tu es incapable de rester seule face à toi-même.

— Et alors, il est où le problème ? Vous avez un problème ou quoi ?

— Non, on aimerait que Léa arrête de te bouffer la vie, c’est tout…

— Mais je rêve là ! Ce n’est pas de sa faute si je suis attachée à elle ! Elle n’y est pour rien… c’est à moi de réagir c’est tout… de toute façon j’ai décidé de faire le deuil de notre relation, je ne vous ai pas attendu pour prendre ma décision…

— Ah bon ? Depuis quand ? me demanda Nadège.

— Depuis que je t’ai rencontré…

— Pardon ? répondit Nadège sur un ton inquiet.

— Grâce à toi, j’arrive à regarder un peu ce qui se passe ailleurs, tu m’aides à penser à autre chose parce qu’on s’entend bien et qu’on a plein de choses à partager. On passe des heures et des nuits entières à discuter de tout et de rien, tu as un esprit ouvert sur plein de choses et j’adore ça !

— Ah ok… tu m’as fait peur… dit-elle en rougissant.

— Peur de quoi ? Que je sois tombée amoureuse de toi ?

— Bah oui ! répondit-elle gênée.

— Heureusement que non parce que je ne serais pas plus avancée avec toi qu’avec Léa ! C’est bon, les hétéros, j’ai compris ! La roue de secours de service a pris sa retraite…

 

Nous avons continué à discuter jusque tard dans la nuit pour au final décider d’aller chez Miléna sans rester dormir chez elle. Alex ne voulait pas la prévenir à l’avance pour ne pas qu’elle se fâche. Il espérait sans doute que je change d’avis en cours de route.

 

Deux semaines plus tard, nous avons donc pris la route pour Amiens. Deux heures de route pour une soirée catastrophique. Ce fut un véritable fiasco. Miléna avait décoré son appartement avec des ballons gonflables d’anniversaire. Sur certains d’entre eux, il était écrit « love » et sur d’autres « joyeux anniversaire ». Rien qu’en voyant la décoration en entrant, j’avais compris que la soirée ne se passerait pas comme l’avait prévu Miléna, nous étions sur deux planètes opposées. Elle ne m’a pas quittée de la soirée, elle était toujours près de moi. Elle avait préparé un petit apéritif dinatoire et m’offrit une chemise Vichy rose en me précisant au creux de l’oreille qu’elle n’avait pas osé m’offrir des sous-vêtements… J’étais très mal à l’aise. Pendant l’apéritif, je faisais attention à ce que je buvais alors que Miléna ne se gênait pas pour avaler verre sur verre. Nadège a commencé à sentir qu’il y avait un réel malaise, l’ambiance devenait électrique. Dès que Miléna se levait, Nadège venait s’installer près de moi pour l’éloigner un peu, car elle sentait que je ne n’étais vraiment pas bien. Je me sentais prise au piège, du coup, je me suis renfermée, je ne pouvais plus parler, je n’avais qu’une envie : partir ! Seulement Miléna avait décidé que nous passerions la nuit en boite et qu’on rentrerait dormir un peu pour reprendre la route le lendemain. Discrètement, j’ai prévenu Alex qu’il était hors de question d’aller en boite et qu’après l’apéritif, nous reprendrions la route du retour. Comme il a vu que les choses ne se passaient pas du tout comme il l’avait imaginé, il m’a écouté. En fin de soirée, j’ai dit à Miléna que nous allions rentrer à Rouen. Elle n’était pas contente du tout et devenait agressive envers moi.

 

Nous sommes tous montés dans la voiture, Miléna est montée avec moi à l’arrière, et au moment de me dire au revoir devant la boite de nuit, elle essaya de m’embrasser sur la bouche. Je me suis reculée juste à temps, car j'avais senti le coup venir. Elle m’a lancé un regard noir et méchant avant de descendre de voiture. Alex et Nadège ne s’attendaient pas à la voir dans un tel état d’agressivité et de méchanceté. Moi je n’étais pas surprise, je sentais depuis longtemps qu’elle portait ça en elle si elle n’arrivait pas à obtenir ce qu’elle voulait par l’amour, elle essayerait de l’obtenir par la force. C’est bien cela qui me tétanisait chez elle. Elle me rappelait les hommes dans son attitude… ça ne pouvait pas marcher avec moi. Mes amis ont été surpris, car elle avait certainement dû être adorable au téléphone pour les décider à m’emmener la voir. Ils se sont fait manipuler.

Depuis ce jour, je n’ai plus jamais eu de nouvelle, elle a dû comprendre qu’elle n’arriverait jamais à ses fins, surtout pas par la force.

AËL

 

 

Publié dans Coming Out

Commenter cet article